• 22 Novembre 2017
    Stratégie canadienne sur le logement L’ALOCAT prend part à Journée pancanadienne d’actions pour signifier l’urgence des besoins en logements sociaux
  • 8 Novembre 2017
    Les droits ça se défend : les groupes reprennent la mobilisation!
  • 27 Octobre 2017
    Séance de doléances en solidarité avec la Coalition Main Rouge
  • 14 Octobre 2017
    Le 15 octobre, en marche pour les travailleurs!
  • 12 Octobre 2017
    L’ALOCAT manifeste à Ottawa pour le droit au logement

Comprendre, valoriser et accompagner plutôt que préjuger, déprécier et punir 11 Septembre 2017

Comprendre, valoriser et accompagner
plutôt que préjuger, déprécier et punir

S’attaquer à la pauvreté et non aux pauvres!

Rouyn-Noranda, lundi le 11 septembre 2017 – La Table d’action contre la pauvreté de l’Abitibi-Témiscamingue (TACPAT) a déposé un mémoire au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale dans le cadre de la consultation sur le projet de règlement modifiant le Règlement sur l’aide aux personnes et aux familles par le gouvernement du Québec et visant la mise en oeuvre du programme Objectif emploi.

La TACPAT, à l’instar de nombreux autres organismes du Québec, croit fermement que la nouvelle règlementation qui permet de couper les chèques d’aide de dernier recours est carrément inhumaine et que plutôt que de lutter contre la pauvreté, elle ne fera que l’augmenter pour les personnes les plus vulnérables. En effet, le projet de règlement permettrait, entre autres, de réduire la prestation jusqu’à un montant de 224$ des nouveaux demandeurs qui manqueront à leurs obligations de faire des démarches d’intégration à l’emploi. La TACPAT dénonce le fait que par de telles mesures, le gouvernement du Québec fait délibérément le choix de gouverner et d’administrer les programmes sociaux en se basant sur des préjugés, comme la supposée paresse des personnes assistées sociales et le confort (relatif) dans lequel celles-ci se trouveraient, et qui les encourageraient à ne pas « se prendre en main ».

Il faut plutôt comprendre ce qui empêche ces personnes de s’intégrer dans notre société et leur offrir les moyens adaptés pour surmonter ces obstacles. Ceci nécessite de prendre le temps et de les accompagner dans leur pas en avant. Alors que la prestation de base pour une personne jugée apte à l’emploi (628$) représente actuellement moins de 50% du montant qui permettrait à une personne seule de couvrir ses besoins de base, toute coupure de ce montant viole les droits fondamentaux de la personne tels que formulés dans la Charte des droits et libertés de la personne. De plus cela contribue à les déprécier davantage à leurs propres yeux et à ceux des autres.
La TACPAT remet de l’avant ses propositions soulevées avec sa campagne « Laissons les pauvres gagner leur vie » qui avait fait l’objet d’un mémoire ainsi que d’une pétition déposée à l’Assemblée nationale en février 2017. La TACPAT demande que l’on accorde à tous les prestataires d’accéder à des gains de travail permettant d’atteindre la Mesure du panier de consommation (MPC)1 sans que les prestations ne soient coupées. « Au moment où le gouvernement se dit préoccupé par le sort des premiers demandeurs, il est plutôt questionnant que celui-ci maintienne cette trappe de la pauvreté qui empêche les personnes de cheminer à leur rythme et prive la société de personnes qui pourraient y contribuer à la mesure de leurs capacités. », affirme Jean-Pierre Hétu, porte-parole de la TACPAT.
-30-

Source : Jean-Pierre Hétu
Porte-parole de la TACPAT (819) 279-2312
jphetu52@hotmail.com

La Table d’action contre la pauvreté de l’Abitibi-Témiscamingue (TACPAT) est un des collectifs régionaux du Collectif pour un Québec sans pauvreté. Active depuis 1999, cette table de concertation a pour mission de favoriser la mobilisation régionale autour de la lutte à la pauvreté. Elle réunit des personnes issues des groupes communautaires  locaux et régionaux, supportés par des organisateurs et organisatrices communautaires, ainsi que des personnes en situation de pauvreté et des militant-e-s de la région. Elle regroupe les organismes suivants :

Maison St-André de l’Abitibi-Ouest, Regroupement des femmes de l’Abitibi-Témiscamingue (RFAT), Ressourcerie Bernard-Hamel (RBH), Corporation de développement communautaire d’Amos (CDC), Regroupement d'Entraide des Personnes Assistées Sociales de Rouyn-Noranda (REPAS), Regroupement d’éducation populaire de l’Abitibi-Témiscamingue (RÉPAT), Regroupement d’entraide sociale du Témiscamingue (REST), Monsieur Jean-Pierre Hétu, militant.

____________________
1 La MPC est une mesure de faible revenu basée sur le coût d'un panier de biens et de services
correspondant à un niveau de vie de base. Le panier comprend la nourriture, l'habillement, le
transport, le logement et autres dépenses. Source : Statistique Canada

TACPAT
Table d'action contre la pauvreté de l'A-T