• 15 Août 2017
    Une victoire à fort prix pour l’action politique et la mobilisation citoyenne
  • 16 Mars 2017
    La défense collective des droits se meurt…L’indexation c’est vital!
  • 27 Février 2017
    Le 8 mars en Abitibi-Témiscamingue: Pour l’égalité entre les femmes et les hommes et entre les femmes elles-mêmes.
  • 10 Février 2017
    La lutte à la pauvreté : Une priorité en région !
  • 25 Janvier 2017
    Est-ce que le ministre Blanchette et le ministre Blais croient en la défense collective des droits?

Grève sociale

Lire le bulletin spécial des 2-3 novembre

 

Une semaine après les journées de grève historique des 2 et 3 novembre où 1400 groupes communautaires de partout au Québec étaient en grève ou en fermeture symbolique pour revendiquer un meilleur financement et dénoncer les mesures d’austérité du gouvernement libéral, nous appelons l’ensemble des groupes d’action communautaires autonome du Québec à consulter leur instance décisionnelle (CA et/ou AG) pour obtenir des mandats de grève les 1er, 2 et/ou 3 décembre.


Participez au mouvement: info@lerepat.org

Lire l'appel à la grève pour les 1, 2,3 décembre

Téléchargez les visuels pour s'afficher en grève
Bandeau Facebook

Affiche En grève

En grève

 

 

POURQUOI LA GRÈVE SOCIALE ?

Depuis la dernière année, le gouvernement du Québec impose un nombre sans précédent de mesures d’austérité. Coupures dans l’aide sociale et le logement social, compressions accumulées en éducation, en santé et dans tous les ministères qui affectent les services publics, sous-financement chronique des organismes communautaires, et plus encore. C’est du jamais vu au Québec ! La qualité et l’accessibilité des services publics (éducation, santé, services sociaux, etc.) sont mises en danger et les conditions de travail des personnes qui les offrent se détériorent.

Consultez le document de la Coalition main rouge

Téléchargez le document 1,2,3... grève du MÉPACQ


Vous avez des doutes sur l'utilisation du mot grève?
Voyez les 5 buzz sur la grève
 

Pourquoi faire la grève?

La nouvelle phase d'austérité budgétaire amorcée par le gouvernement Couillard représente une menace majeure pour les droits et les conditions de vie et de travail d'une grande partie de la population. Elle représente également une menace majeure pour la survie des groupes de défense collective des droits et de l’ACA. Dans un contexte où l’État a mis fin au dialogue avec les groupes sociaux, et face à l'urgence de réagir afin d'empêcher le démantèlement de notre filet social, la grève devient un moyen à envisager pour faire avancer nos luttes.

La grève n’est pas un but en soi. C’est un moyen de pression qui s’inscrit dans une escalade des moyens de pressions visant à bâtir un rapport de force face à l’État. L’objectif étant de perturber l’ordre social et de déranger les activités de plusieurs secteurs de la société afin d’obliger le gouvernement à reculer sur ses politiques d’austérités et d’entamer de bonne foi des négociations en lien avec les revendications des différents secteurs.

Mentionnons que nous sommes loin de partir de zéro dans l’escalade des moyens de pression pour la lutte contre les politiques néolibérales. Pensons, par exemple, à la création de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics en 2010, avec qui nous avons mené collectivement des actions significatives contre l’austérité et les orientations néolibérales jusqu’à tout récemment avec la mobilisation du 31 octobre dernier contre l’austérité.

Plusieurs raisons, seules ou en combinaison, peuvent amener votre groupe à déclencher une grève, comme par exemple :
 

  • de revendiquer le retrait des mesures d'austérité;
  • de revendiquer la mise en place de mesures fiscales permettant de mettre davantage à contribution les personnes à haut revenu et les grandes entreprises et de mieux répartir la richesse en mettant de l’avant les 10 milliards $ de solutions de la Coalition opposée à la privatisation et à la tarification des services publics;
  • de revendiquer le maintien de l'intégralité et l'amélioration du filet social formé par les services publics, les programmes sociaux et l'ensemble des groupes d'action communautaire autonome;
  • de revendiquer le plein financement, la reconnaissance et l'autonomie des groupes d'action communautaire autonome, en particulier pour les groupes en défense collective des droits.

Pourquoi faire la grève maintenant?

Le MÉPACQ pense qu’actuellement plusieurs conditions favorables sont réunies pour bâtir un mouvement de grève sociale ayant comme objectif de mettre un terme au démantèlement du modèle social québécois.

  • Les politiques d’austérité soulèvent la grogne des acteurs des plusieurs milieux de la société. Cette colère s’élargit, touche de plus en plus de monde et s’étend maintenant bien au-delà du milieu des groupes sociaux.
  • Le 31 mars 2015 marquera la fin des conventions collectives chez les travailleurs et les travailleuses du secteur public. Le mouvement syndical du secteur public aura alors le droit de déclencher une grève en toute légalité.
  • Les groupes communautaires sont de plus en plus prêts à envisager ce genre de moyen de pression.
  • Le mouvement étudiant est de plus en plus mobilisé sur cette question.
  • Le gouvernement libéral s’affaiblit et sa cote de popularité baisse de plus en plus dans les sondages.

 

Fichiers attachés