• 16 Mars 2017
    La défense collective des droits se meurt…L’indexation c’est vital!
  • 27 Février 2017
    Le 8 mars en Abitibi-Témiscamingue: Pour l’égalité entre les femmes et les hommes et entre les femmes elles-mêmes.
  • 10 Février 2017
    La lutte à la pauvreté : Une priorité en région !
  • 25 Janvier 2017
    Est-ce que le ministre Blanchette et le ministre Blais croient en la défense collective des droits?
  • 14 Décembre 2016
    Face à l’indifférence du ministre Blais, des organismes en défense collective des droits lancent une nouvelle série d’actions!

Logement

Une vaste campagne pour la reconnaissance et le financement de l’Alocat.

Suivez l'ALOCAT sur Facebook

L'Association des locataires de l’Abitibi-Témiscamingue a relevé le défi!! L'Alocat , qui regroupe maintenant près de 200 membres, a mis sur pieds un service aux locataires gratuit auquel se sont référé plusieurs locataires depuis 2013.Devenu un espace citoyen enrichissant, l’organisme en défense collective des droits réclame maintenant reconnaissance et financement!

Afin que l’Association des locataires de l’Abitibi-Témiscamingue obtienne du gouvernement du Québec sa pleine reconnaissance à titre d’organisme en défense collective des droits ainsi qu’un financement à la hauteur de sa mission, les membres, réunis en Assemblée générale, ont unaniment donné leur aval à une vaste campagne dont le but est clair: un appui massif aux locataires et à leur droit d’association et ce pour la défense de leurs droits.
 

J’aime l’Alocat ...

«En 2012, l’appui de près 200 organisations municipales, communautaires, syndicales ou citoyennes pour la création d'une association de locataires en Abitibi-Témiscamingue aura donc porté fruit! Et c’est normal: plus de 32% des ménages de notre région habitent unlogement locatif. C’est le tiers de notre population!!», rappelle le coordonnateur de l’Alocat, Bruce Gervais.

Depuis maintenant 3 ans, les membres de l’ALOCAT s’impliquent activement afin de faire connaître les droits des locataires ainsi que le logement social comme moyen de lutte contre la pauvreté. Par une démarche d’éducation populaire qui place les locataires au centre de l’action, l’Alocat attire de plus en plus de gens et s’avère être un lieu de démocratie fort dynamique animé par trois assemblées générales par année. Son service d’aide aux locataires gratuit aura, à ce jour, répondu à plus de 300 demandes de soutien et d’information provenant de toutes les MRC de la région.

Or, c’est sans financement récurrent ni reconnaissance de l’État québécois que l’ALOCAT poursuit depuis 3 ans sa mission de défense des droits des locataires et d’information/sensibilisation aux divers enjeux du logement dans la région alors que partout au Québec les organismes en logement sont depuis longtemps reconnus. Les logements ont tellement augmenté! Et on dirait que ça n’arrête pas. De plus en plus de locataires nous appellent; parfois jusqu’à 5 par jour. Dans à peu près tous les cas, ils ne savent pas qu’ils peuvent refuser une hausse de loyer ou même qu’ils n’ont JAMAIS à partir s’ils paient le loyer et entretiennent leur appartement», affirme le président de l’Alocat, Denis Deschamps.

L’Alocat se tourne donc vers les organisations municipales, supramunicipales, syndicales, communautaires et citoyennes pour récolter un maximum d’appuis dans la région. UNE PÉTITION est aussi en circulation partout dans la région afin que TOUS, locataires ou non, puissiez manifester votre appui à la reconnaissance de l’Alocat. Vous trouverez des outils faciles pour appuyer les locataires ici .
 

Téléchargez ou visionnez les documents suivants


ALOCAT en bref!

Pour quoi appuyer l'ALOCAT

Résolution d'appui à l'ALOCAT - modèle

Lettre d'appui à l'ALOCAT - modèle

Pétition à imprimer (8½X14)


Une crise du logement qui persiste depuis 10 ans...

Les données de la Société canadienne d'hypothèque et de logement (SCHL)  démontrent clairement que la pénurie de logement a fait bondir les loyers. Ces chiffres n'incluent toutefois pas les duplex et les hausses abusives qui n'ont pas été déclarées lors des sondages. Malgré cela, force est de constater que la progression des loyers a été rapide, dépassant généralement l'indexation du coup de la vie.  Les pires hausses ont été assumées par les personnes seules qui ont vu le coût de leur logement bondir de près de 40%, sans pour autant avoir des augmentation de revenu. À cela s'ajouteront les hausses des tarifs d'Hydro-Québec... De quoi appauvrir, encore, les plus pauvres!

La région                Amos                  Rouyn-Noranda      Val-d'Or


L'Association des locataires en action

Consultez le journal d'information de l'Association - Informe Toit no. 2 printemps 2013

Action sur l'accès à la Régie du logement 

La crise et encore la crise!

L’année 2014 s’annonce encore très difficile pour les mal-logéEs de notre région. En effet, la pénurie de logements se poursuit et les conséquences de cette crise sont lourdes et sont vécues par de plus en plus de ménages de l’Abitibi-Témiscamingue. La hausse des loyers, l’augmentation du nombre de personnes en situation d’itinérance, la discrimination des locataires, l’occupation des logements insalubres, le flagrant manque de logements sociaux contribuent à faire de cette pénurie une crise sociale. Soyons solidaires, ensembles nous avons le pouvoir de changer les choses!

Locataires nous avons des droits!

Dans un contexte de pénurie de logement, il n’est pas rare de subir des hausses abusives de loyer, des menaces d’éviction, du harcèlement, des pressions etc. Et bien sachez que tous ces pratiques sont illégales! Locataires regroupons-nous et défendons nos droits!

 

Joignez la toute nouvelle Association des locataires de l'Abitibi-Témiscamingue et participez à à sa vie associative.
Pour informations: 819-762-3165 ou info@alocat.org
Facebook

Qu’est ce qu’un comité de locataires?
Un résumé des droits des locataires

Au Québec, autour de 125 000 logements coopératifs, sans but lucratif et publics (HLM), représentant 85 % des logements sociaux, reçoivent depuis des décennies des subventions du gouvernement fédéral. Or, ces subventions, qui permettent notamment d’y loger des ménages à très faible revenu ont commencé à se terminer et le phénomène va s’accélérer au cours des cinq prochaines années. À terme, cela représente une perte de 1,7 milliard $ par année au Canada, dont 394 millions $ au Québec

Le FRAPRU et le RÉPAT, qui font la promotion du logement social pour répondre aux besoins des personnes mal-logées, est préoccupé par la perte éventuelle ou le détournement de la mission de milliers de logements sociaux existants.

Consultez le dépliant sur les enjeux face au gouvernement fédéral

Fichiers attachés