• 16 Mars 2017
    La défense collective des droits se meurt…L’indexation c’est vital!
  • 27 Février 2017
    Le 8 mars en Abitibi-Témiscamingue: Pour l’égalité entre les femmes et les hommes et entre les femmes elles-mêmes.
  • 10 Février 2017
    La lutte à la pauvreté : Une priorité en région !
  • 25 Janvier 2017
    Est-ce que le ministre Blanchette et le ministre Blais croient en la défense collective des droits?
  • 14 Décembre 2016
    Face à l’indifférence du ministre Blais, des organismes en défense collective des droits lancent une nouvelle série d’actions!

Membres du Regroupement

Une trentaine d'organisations provenant de partout en région (Rouyn-Noranda, Amos, Val-d'Or, LaSarre et Ville-Marie) sont membres du Regroupement.

Les groupes membres oeuvrent auprès de différentes clientèles et problématiques : femmes, personnes avec un handicap, chômeurs(euses), personnes assistées sociales, problèmes de santé mentale, lutte à la pauvreté.

Définition des membres tel que retrouvé à l'article 7.1 des Règlements généraux :
«Peuvent être membre du RÉPAT, les groupes populaires ou les organismes communautaires, sans but lucratif, contrôlés par leurs membres, utilisateurs et utilisatrices, oeuvrant sur le territoire reconnu par le RÉPAT. Ces groupes populaires et organismes communautaires doivent regrouper des individus défavorisés socialement, économiquement, culturellement et politiquement. Ils doivent être autonomes dans leurs structures et non liés à des insitutions politiques, publiques et parapubliques. Ils doivent se reconnaître et oeuvrer en conformité avec la définition d'éducation populaire autonome telle qu'énoncé à l'article 1.2.»